Euro Supply Chain

Interview par Christiane PERRUCHOT – Traces Ecrites – Janvier 2022 Jean-Michel Bauer, directeur général de Portmann

Pouvez-vous présenter votre entreprise ? Portmann intervient sur la supply chain de ses clients en amont et en aval avec des activités de transporteur, de prestataire logisticien et d’organisateur de flux et d’informations. C’est une société familiale qui existe depuis 75 ans à Sausheim, près de Mulhouse. Le président Jean-Luc Portmann est la 3e génération aux commandes. Le chiffre d’affaires s’élève à 160 millions d’euros avec 950 collaborateurs, 15 entrepôts en France et des filiales au Luxembourg, en Pologne, en Suisse et en Lituanie. L’activité historique de transporteur routier est réalisée grâce à notre propre parc de véhicules (950 semi-remorques) et en affrètement avec des sous-traitants. Le transport par route est complété par le transport ferroviaire sur les axes Nancy-Marseille et Paris -Bordeaux. L’activité de stockage et de manutention réalise aussi des préparations de commande multi-références grâce à un logiciel WMS, de gestion d’entrepôt et de la chaîne d’approvisionnement, de dernier cri. Un tiers de cette activité est réalisée avec le secteur de la sidérurgie. Le bâtiment, l’industrie et l’agroalimentaire, fournissent chacun 10% de cette activité. Nous avons aussi deux spécialités : l’entreposage de produits dangereux classés Seveso et de produits alimentaires certifiés Ecocert. Enfin, Portmann fait du pilotage de flux physiques et d’informations, 3 PL et 4 PL, qui constitue une solution intégrale pour l’ensemble du processus logistique, organisation, choix du mode de transport, optimisation des coûts et des stocks. 

Si vous deviez faire un état des lieux de la supply chain sur le territoire alsacien, quel serait-il ? Un grand flux de marchandises transite par l’Alsace du fait de sa position aux trois frontières, française, suisse et allemande, et celles-ci utilisent plusieurs modes de transport, routier, ferroviaire et fluvial par le Rhin. Le transport multimodal est davantage le fait de ces flux de transit, il est marginal pour l’instant pour le transport des marchandises des industriels locaux. Le passé industriel riche de l’Alsace et encore très actif, a généré un grand nombre d’acteurs de prestations logistiques. Cependant, la concurrence est saine, avec de la place pour tout le monde. La diversité des besoins a d’ailleurs permis à des transporteurs de se distinguer en développant des spécialités. 

Pour quelles raisons soutenez-vous Euro Supply Chain ? Un salon régional de la logistique est une première en Alsace, c’est déjà une bonne raison pour l’encourager. Cet événement permettra de mettre en valeur l’organisation de la supply chain dans la région et de créer un carrefour d’échanges pour ses acteurs. Nous espérons aussi que Euro Supply Chain soit l’opportunité d’une ouverture aux trois frontières et au transport multimodal. 

Pour 2022, quelles sont les perspectives pour votre activité ? Aujourd’hui, notre métier de transporteur-logisticien fait du pilotage à court terme en raison des difficultés d’approvisionnement de nos clients en matières premières et en composants et de leur renchérissement. À moyen terme, nous sommes face deux grands chantiers : résoudre la pénurie de conducteurs routiers et la transition écologique. Concernant les chauffeurs routiers, Portmann s’attache à limiter le turn over en leur apportant de meilleures conditions de travail, avec par exemple des camions plus confortables et une rémunération plus attrayante. Le chantier écologique, lui, nous oblige à être très agiles. On voit aujourd’hui que le gaz compressé et liquéfié n’est plus prometteur. Aussi sommes nous attentifs à toutes les nouvelles opportunités d’énergie. Nous sommes partenaires du projet H2 de l’agglomération de Mulhouse qui invite à réfléchir aux usages de l'hydrogène sur le territoire. Nous avons essayé récemment un camion électrique. Et avons acquis des véhicules au carburant B 100 à base de colza français. Notre métier vit un véritable « new deal » : il faut trouver le bon compromis entre les solutions environnementales et la gestion de nos effectifs roulants.